L'Actu en direct

La renaissance du crêmet d’Anjou

Le goûter c'est l'adopter

« C’est un régal des Dieux ! » disait Curnonsky, natif d’Angers et donc grand connaisseur en crêmet d’Anjou. Un subtil mélange de crème fraîche fouettée et de blanc d’œuf battu qui peut se consommer salé (avec du saumon fumé par exemple) ou sucré accompagné de quelques fruits rouges, de confiture ou encore de coulis. Un petit bijou de gourmandise, moulé et égoutté dans un cœur en faïence, à ne pas confondre avec le crêmet de Nantes (un délicieux vendu chez Beillevaire, Coq d’Or du Guide des Gourmands) qui contient, lui, du fromage blanc à l’égal du fontainebleau. Dans la famille de ces régals aériens et crémeux, le crêmet d’Anjou a suscité une passion chez une jeune femme de vigneron du Saumurois (Le Manoir de la Tête Rouge à Puy Notre-Dame, www.manoirdelateterouge.com ), Sophie Reynouard, qui vend les jolis moules fabriqués à la main par Karin Chopin-Lolliérou accompagnés de la recette originale, de quelques gazes (pour l’égouttage) et d’idées pour varier les plaisirs (22 € le coffret avec 2 moules, 39 € avec 4 moules). Un dessert exquis, vite fait et d’un raffinement extrême.

Mon Abonnement

Mot de passe oublié ?

Recherche Produits

Coqs d'Or
Nouveau dans le Guide



COQS D'OR 2022

COQS D'OR 2022

COQS D'OR 2021

COQS D'OR 2021

Coqs d'Or 2020

Coqs d'Or 2020

Chateau de France

Chateau de France

Edition et impression

Edition et impression

image description