Ortas Grands vins

L'Actu en direct

Pâques en chocolat

L'humour est dans l'oeuf

Même si quelques maisons restent sérieuses comme Lenôtre avec son oeuf très chic en trompe-l'oeil "bleu porcelaine" ou Pralus de Roanne qui poursuit son thème "cocottes" très cocottes, cette année, les chocolatiers de l'Hexagone ont décidé de nous faire sourire. Rien de plus séduisant et de plus tentant !
Christian Constant, le pape parisien du chocolat noir, Coq d'Or du Guide des Gourmands depuis 1988, nous la joue "à la gauloise" avec des oeufs façon personnages d'une BD célèbre, réalisés à la main et à la demande, à partir des meilleurs crus de cacao.. comme d'habitude ! A partir de 35 € l'oeuf www.christianconstant.fr

Personnages à croquer

Pour séduire tous les gourmands

Chez Vincent Guerlais à Nantes, autre Coq d'Or du Guide des Gourmands (depuis 2007, lui), de rigolos petits personnages font l'oeuf pour être désirés avant d'être croqués (18 € le sujet) www.vincentguerlais.com
Tandis qu'à la Mère de Famille, c'est la mère poule qui joue les stars en portant ses poussins sous ses ailes (70 € la poule garnie). www.lameredefamille.com
Et que chez Dalloyau les oeufs jouent avec carotte, fraise et petit pois (59 €). Une façon de faire apprécier les légumes par les enfants !

Vraiment "Minions"

Des personnages adorés des enfants

Vraiment dans l'air du temps et inspirés des dessins animés qui séduisent les enfants (et leurs parents), ni moches, ni méchants, à croquer avec appétit et tout entiers. Les plus branchés de l'année. Pariès, 20 € pièce. www.paries.fr

Et pour sortir de l'oeuf et de la poule

Un joli petit bestiaire

À chacun son animal préféré ! Le chocolatier Sève, de Champagne au Mont d'Or et de Lyon, s'amuse avec une jolie petite brebis, Uggette et son copain Ugg, tout aussi sympa (49,80 €) www.chocolatseve.com
Et Le grand Belge, un peu Parisien, Marcolini, préfère lui le "lapincoeur" qui veille sur ses petits en associant chocolat au lait, framboise et chocolat blanc (125 €) www.marcolini.be

Alain Darroze prend la plume

40 recettes vraiment basques d'aujourd'hui

Le pape de la plancha, empereur de la garbure, inventeur du pimençon et du foie gras renversé et Coq d'Or du Guide des Gourmands depuis 2008 pour sa confiture de piments doux, a réuni ses meilleures recettes, revisitées pour rester toujours branchées, dans un sympathique petit bouquin. A offrir à tous ceux qui aiment ce coin d'Hexagone si typé et si goûteux où il fait bon se mettre à table afin qu'ils se familiarisent avec le porc Kintoa, le patxaran, le txacoli... et les nombreuses variétés de piments. Et à tous les natifs de l'étape émigrés à Paris, Bordeaux ou ailleurs qui seront ravis de trouver dans leur assiette le goût du pays. Mon Pays basque en 40 recettes, Alain Darroze, 15 €.
boutique.alain-darroze.fr

Suivez le boeuf

Pour trouver l'amour

Vous êtes un passionné de cuisine et grand amoureux de viande de boeuf ? Vous recherchez des bons plans gourmands ou des astuces culinaires ? Vous êtes surtout en quête de personnes avec qui partager votre passion ? Vous ne pensiez pas cela possible ? Interbev (l’Interprofession du Bétail et des Viandes) l’a fait en créant le tout nouveau site de rencontre réservé aux amoureux de la viande de bœuf : www.boeuf-lovers.com ! Interdit aux végétariens.

Meilleure femme chef du monde

Helena Rizzo remporte le prix Veuve Clicquot

Helena Rizzo du Mani Restaurant à Sao Paolo remporte le prix Veuve Clicquot de la meilleure femme chef du monde. Après Elena Arzak, Anne-Sophie Pic et Nadia Santini, c'est la quatrième cuisinière de talent à atteindre ce cercle très fermé. D'origine brésilienne, cet ancien mannequin a fait ses classes en Europe, notamment en Italie et en Espagne , à Girona, au Celler de Can Roca, considéré aujourd'hui par certains comme le meilleur restaurant du monde, où elle a rencontré son mari avec qui elle joue du "piano" à quatre mains. Mariant tradition et créativité, faisant appel à ses racines auxquelles elle applique sa sensiblité, cette jeune et très belle cuisinière séduit tous ses clients avec des plats authentiques et modernes à la fois et se réjouit d'attirer l'attention du monde entier sur la cuisine brésilienne. Projets pour 2014 : un second restaurant et un livre.

La folie des boulettes

On les appelle "balls" dans les quartiers chics

C'est une avalanche, une invasion, une véritable folie : on voit des boulettes partout, des chics chez les grands chefs ("black balls" à la truffe chez Hélène Darroze), des branchées chez les bobos, des tradis dans les bistrots, des industrielles dans la GD et un restaurant parisien baptisé Balls leur est même consacré. Qu'on les appelle "balls" (ça fait "américain") ou bravement boulettes, elles se constituent d'un hachis de viandes en principe identifiables (curieux, cette naissance juste après le scandale du cheval...) avec des herbes, de l'oignon ou non, des épices ou non, bref des boulettes méditerranéennes comme dans le couscous, des boulettes suédoises comme chez Ikea, des croquetas comme dans les bars à tapas, des kefta comme au Moyen Orient... On retrouve volontiers les bonnes vieilles recettes comme les boles de picoulat, spécialité catalane et, à l'image de toutes nos grands-mères qui ne jetaient rien et transformaient souvent les restes de viande en croquettes ou boulettes, chacun imagine ses recettes avec un plaisir non dissimulé. Et même ceux qui n'ont pas le temps (ou pas de hachoir) peuvent désormais s'offrir une soirée boulettes décomplexée grâce à Fleury-Michon qui a mis au point une collection de "ball in box" à base de boeuf mais aussi de poulet et autres viandes qui peut faire l'affaire. Alors, pour changer de la pizza devant le match de foot, pensons aux boulettes.

Pas si rouge le thon !

Plus de 80% du thon annoncé "rouge" n'en est pas vraiment !

On s'en doutait bien mais une enquète très sérieuse le prouve : 80% des "thons rouges" vendus en France que ce soit chez le poissonnier ou au restaurant ne sont pas de vrais "thunnus thynnus" mais des espèces de thonnidés moins onéreuses, soit le thon albacore (souvent utilisé en conserverie de bonne qualité, l'entrée de gamme étant plutôt faite avec du listao, encore moins cher) soit le thon obèse. C'est la couleur rouge assez clair et presque translucide qui permet de reconnaitre le faux thon rouge tandis que le vrai est plus dense, plus foncé et que ça chair ressemble plus à de la viande. Il est probable que la plupart des cuisiniers sont eux-mêmes trompés ou, simplement, ignorants... Bonne nouvelle donnée par cette enquête : avec 4% seulement d'erreurs (ou de fraude) sur l'étiquettage des poissons, la France est la bonne élève de l'Europe tandis que l'Espagne en compte 30% et l'Italie 32%. Quelques exemples de subterfuges : le lieu noir vendu pour du cabillaud, la sole tropicale que l'on fait passer pour de la sole commune... Bref, le moins cher vendu au prix du plus cher.  Toute l'enquête sur http://www.terraeco.net ou sur la revue Terra Eco en kiosque.

Le Michelin 2014 est sorti

Firmament gourmand

Les étoiles tombent, les étoiles bougent, les étoiles scintillent au firmament gourmand : l'histoire du guide rouge est un éternel recommencement. 2014 ne déroge pas à la règle avec son lot de récompenses et de sentences. Tandis que le très talentueux Arnaud Lallement de l'Assiette Champenoise à Reims-Tinqueux s'envole vers la petite galaxie des triples étoilés redonnant à la capitale des bulles une indispensable table à réputation internationale -champagne ! -, c'est à Paris que, comme d'habitude, il y a le plus de remue-ménage. Alain Ducasse transporte ses trois étoiles du Plaza (fermé pour travaux) au Meurice (quitté par Yanick Alleno). Part, ne part pas, revient...  à la suite de nombreux atermoiements, le Lucas Carton perd carrément ses deux étoiles d'un coup ! Mais la très bonne nouvelle parisienne est la seconde étoile d'Akrame, rue Lauriston, une des meilleures adresses jeunes, vivantes, créatives et gourmandes de la capitale. Pour le reste, ça ronronne ! Un chiffre qui reste un peu navrant : 17 femmes chefs seulement pour 610 restaurants étoilés, la parité est loin. Sur les 2016 pages du Michelin 2014, il y a quelques découvertes mais, peut-être... pas tant que cela ! Le monde change, pas le Michelin. En librairie, 24,90 €.

Mon Abonnement

Mot de passe oublié ?

Guide 2013 : achetez un collector !

Guide 2013 : achetez un collector !

PLATEAU DE FROMAGES

PLATEAU DE FROMAGES

Château Talbot

Château Talbot

image description